Chaque mois, nous mettons en avant un exercice de rééducation du genou en lien avec une blessure d’un sportif ou d’une sportive. Aujourd’hui, c’est le cas de Jo-Wilfried Tsonga qui est passé en revue. Pour ce sixième opus nous avons choisi un sport individuel et de raquette : le tennis.

Après vous avoir présenté le ménisque interne, nous avons choisi de mettre en évidence un sportif ayant souffert d’une blessure au ménisque.

  • 1) Zoom sur Jo-Wilfried : 

Jo-Wilfried Tsonga est un tennisman professionnel Français depuis maintenant 15 ans. Il fait également partie de l’équipe de France de Coupe Davis. Ce joueur de 34 ans a aussi bien évolué en simple qu’en double. Son meilleur classement ATP en individuel est 5ème.

Une des plus belles distinctions du joueur :

– Médaille d’argent aux Jeux Olympiques de Londres en 2012 en double.

Source : Pure People 

  • 2) Le tennis un sport traumatisant pour les articulations :

Le tennis est un sport complet sollicitant énormément d’articulations. Une des articulations les plus touchées par les blessures est le genou. Cela s’explique par le fait que les joueurs l’utilisent aussi bien pour se déplacer, glisser, servir, sauter que smasher.  Il n’y a donc pas un seul instant où il est au repos. Au cours de la saison, les différentes surfaces de jeu sont traumatisantes pour les genoux. La terre battue est plus souple et n’a donc pas le même impact sur le corps que le sol en dur, notamment à la réception de sauts.

Enfin, le genou est rarement statique ou dans l’axe, les torsions ainsi que les changements de direction sont perpétuels dans cette discipline.

IMPORTANT : lors d’un changement de direction les genoux d’un tennisman peuvent supporter jusqu’à 4 fois le poids du corps du joueur. 

Les blessures au genou peuvent toucher la rotule, les ménisques (interne et/ou externe), les tendons et les ligaments. Ici nous allons nous intéresser à la dernière blessure de Jo au ménisque.

  • 3) La blessure de Jo-Wilfried Tsonga :

La dernière blessure de Jo-Wilfried au genou date de mars 2018. Il souffrait d’une fissure au ménisque gauche. Alors qu’il avait le choix entre différentes solutions : repos – opération – infiltration, il a finalement choisi de se faire infiltrer sans doute pour pouvoir participer à Rolland-Garros. Finalement en avril il s’est fait opérer de sa fissure au ménisque gauche et a quand même dû déclarer forfait pour le tournoi majeur de son pays à Paris.

Malgré la blessure, Jo continue de donner des nouvelles à ses fans pour les rassurer à travers les réseaux sociaux :

View this post on Instagram

Bonjour à tous !! Quelques news… #TsongaTeam

A post shared by Jo-Wilfried TSONGA (@tsongaofficiel) on

Source : Instagram de Jo-Wilfried Tsonga 

  • 4) L’avis de Ted sur l’infiltration : 

Nous venons de voir ensemble que Jo-Wilfried Tsonga a subi une infiltration de son ménisque du genou gauche. Pour comprendre un peu plus précisément en quoi consiste une infiltration, ses avantages et risques nous allons nous entretenir avec Éric Truchet : kinésithérapeute et ostéopathe de chez Ted Orthopedics.

Qu’est-ce qu’une infiltration ? Quels sont les produits injectés dans l’articulation ?

Il s’agit d’un geste intra-articulaire visant à calmer les processus inflammatoires congestifs et douloureux au moyen de corticoïdes. Bien souvent ce geste est précédé d’un lavage articulaire au sérum physiologique permettant de débarrasser l’articulation de fragments cartilagineux et autres qui perturbent la fonction.

Quels sont les avantages de cette méthode ?

Essentiellement, la sédation rapide des douleurs et la reprise de l’activité sportive dans les meilleurs délais.

Quels sont les risques pour le joueur ?

Par l’effet vasoconstricteur des corticoïdes il y a un vieillissement prématuré des structures articulaires et une fragilisation préjudiciable à l’avenir du sportif.

  • 5) La solution de Ted :

Quelle(s) solution(s) proposes-tu avec la genouillère connectée ?

Chez Ted, nous croyons à la rééducation par le mouvement quelque soit le stade où votre patient se trouve.

Dans cette situation ce sont les demi-squat qui sont mis en avant. En choisissant un certains seuil à ne pas dépasser, le patient pourra travailler à son rythme et récupérer progressivement sans jamais arrêter totalement le bas du corps.

 

Bonne rééducation avec TED