Aujourd’hui nous allons faire un focus sur un défaut statique du genou : le flessum post-opératoire.

Les spécialistes du genou le savent bien, qu’il s’agisse d’une blessure opérée ou non il est fréquent que le genou blessé réagisse en installant un flessum séquellaire de la blessure. Le pronostic fonctionnel est altéré et le genou ainsi positionné est amené à une dégénérescence rapide. Il est donc de la plus haute importance de lutter précocement contre ce type d’attitudes vicieuses.

  • 1) Qu’est-ce que la lutte anti-flessum post opératoire ?

C’est un ensemble de moyens mis en place souvent dès le lendemain d’une intervention (ménisectomie plus ou moins totale, ligamentoplastie, prothèse de genou, etc…). Ces moyens sont variés (glaçages, postures, mobilisations actives et passives, orthèses, etc…). L’objectif premier est que le patient retrouve une mobilité rapide de son membre pour la vie quotidienne.

 

  • 2) Dans quelles situations peut-on rencontrer un flessum ?

Il existe deux types de situations :

Le flessum précoce associé à la présence d’un œdème et d’une inflammation en post-chirurgical immédiat. C’est la forme classique rencontrée pour chaque patient et qui se gère très bien de façon général.

Le flessum séquellaire d’attitudes vicieuses qu’on a laissé s’installer. Dans ce cas, ce n’est pas l’opération qui a engendré le flessum mais bien un manque d’attention. C’est la forme la plus grave du flessum et la plus difficile à traiter.

Il existe d’autres causes mécaniques : comme un épanchement de liquide dans l’articulation, une pathologie touchant la hanche ou le maintien d’une attitude fléchie par une attelle. Toutes les causes évoquées peuvent en être responsables de façon ponctuelle.

  • 3) Quelles sont les solutions standard ?

Elles reposent sur la rééducation classique qui malheureusement peut déboucher sur une mobilisation forcée sous anesthésie générale. C’est une atteinte qui se rencontre classiquement de manière plus fréquente chez le sujet âgé et/ou anxieux.

En quoi la genouillère TED se différencie des solutions classiques ?

Elle se différencie par une prise en charge beaucoup plus douce, régulière et progressive et elle évite l’écueil d’une rééducation forcée et trop espacée.  Elle limite de ce fait les risques de complications associés à la précipitation ou à un manque de régularité.

  • 4) L’exercice de la semaine : 

Pour cette semaine nous vous proposons un exercice d’extension. Ici dans la situation, le patient a un flessum et ne peut donc atteindre l’extension complète. La genouillère connectée est là pour accompagner, guider et adapter l’effort du patient suivant son avancé. C’est le professionnel de santé qui supervise et gère la difficulté en fonction des retours faits via l’application ou le patient directement.