Chaque mois, nous mettons en lumière un exercice de rééducation lié à la blessure d’un sportif faisant l’actualité. Le mois dernier c’était Jean-Baptiste Grange qui faisait l’actualité pour un deuxième ligament croisé, ce mois-ci rebelote avec le jeune français Florian Valot du côté des New York Red Bulls.

Si les deux blessures aux ligaments de Jean-Baptiste étaient distantes de presque 10 ans, Florian sera passé sur le billard pour une reconstruction du LCA deux fois en exactement 8 mois : opéré du genou gauche le 19 juillet 2018, opéré du genou droit le 19 mars 2019.

Mais qu’est-ce qui peut bien expliquer une rupture controlatérale du LCA ?

L’avis de Ted

A l’instar du ski, le football est un sport à risque pour le ligament croisé antérieur : sur une saison, environ 0,1% des pratiquants souffrent d’une rupture du LCA. Le risque est 20 fois plus élevé en match qu’à l’entrainement, la faute à une intensité accrue sur les contacts et une plus grande fatigue physique et mentale.

Le cas d’une rupture controlatérale comme pour Florian est loin d’être isolé : certaines études ont rapporté des taux de rechute sur le membre controlatéral atteignant 24% des sportifs opérés ! Que ce soit sur le membre opéré ou le membre controlatéral, le risque de blessure du LCA est 35 fois plus élevé chez un sportif opéré que chez un sportif n’ayant jamais subi de rupture du LCA.

Le facteur psychologique est déterminant dans le retour au sport : il est important d’avoir retrouvé toutes ses sensations et éliminé ses appréhensions pour pouvoir revenir sur le terrain. Parmi ceux qui décident de ne pas revenir à la compétition, 2 personnes sur 3 déclarent que c’est par peur d’un nouvel incident ou à cause d’une sensation d’instabilité.

L’exercice salvateur : la statesthésie

Pour Florian, la rééducation a deux objectifs : d’une part, retrouver la force musculaire lui permettant de contrôler son articulation afin d’éviter la rechute, et d’autre part, de retrouver les sensations qui lui font défaut pour mieux visualiser son mouvement dans l’espace.

Ça tombe bien, on vous dévoile dans la vidéo ci-dessous l’outil de statesthésie qui va lui permettre de réussir à reproduire une position précisément dans l’espace, et ainsi se réapproprier petit à petit la sensibilité du mouvement de ses genoux.

Les règles du jeu sont simples : le patient prend une position de référence, qui est à la fois fonction de la flexion-extension mais aussi de la rotation interne-externe à l’instant T. Il doit ensuite retrouver cette position autant de fois que possible en effectuant un mouvement pour sortir de la cible, puis en se basant uniquement sur ses sensations pour retrouver la position de référence.

Bonne rééducation avec Ted !

Sources :

https://www.revmed.ch/RMS/2013/RMS-393/Retour-au-sport-apres-reconstruction-du-ligament-croise-anterieur

https://www.kinesport.info/Une-etude-sur-les-lesions-du-ligament-croise-anterieur-LCA-chez-les-footballeurs-professionnels-revele-que-seulement-65_a3171.html

Rupture du ligament croisé du deuxième genou : pourquoi autant de récidives ? Que faire pour les éviter ?